Côte d'Ivoire: faux médicaments, ce que je vois à Bouaké

Publié le par hiler

Depuis quelques semaines, les faux médicaments et leur économie souterraine, font l'actualité des médias.
Cela fait presque dix mois que je  me suis installé à Bouaké.Ma grande surprise a été le grand nombre des "pharmacies" ténues par des personnes n'ayant aucun diplôme de santé et disposant se presque tout ce que vous souhaiteriez avoir en officine officielle.Ces "pharmacies" très fréquentées par la population, font la "joie" de la cité.Dans le grand marché, il existe même un espace dédié à cette activité très lucrative.
Appartenant au secteur de la santé officielle de ce pays, j'ai voulu de par moi-même faire des tests.J'ai acheté de l'amoxicilline dosée à 500 mg , très bon marché (300 fcfa la plaquette de 10) .Mais les gélules n'avaient pas l'odeur caractéristique qu'on reconnaît à ce médicament.
Le problème des faux médicaments se pose comme un fléau mondial, mais le cas chez nous demanderait que les autorités de la santé publique, fassent un peu plus attention, car la mort s'achète à bon marché et cela fini par coûter trop cher au contribuable.
Vous délivrez des ordonnances aux patients , et ceux là préfèrent les "pharmacies moins chers", ils vous reviennent avec des complications post-thérapeutiques .
A côté de ces "pharmacies" , il faut noter l'industrie pharmaceutique chinoise, qui refuse de se soumettre à la loi sanitaire du pays et dont les médicaments" moins chers" envahissent les boîtes à pharmacie des foyers.
Dangereuse situation, car aucune autorité ne semble en prendre conscience.

Publié dans santé et cité

Commenter cet article